9.7 C
Berlin
samedi, avril 20, 2024

Test de Pacific Drive : un tel jeu de survie n’existe pas deux fois.

Follow US

80FansLike
908FollowersFollow
57FollowersFollow

Pacific Drive vous envoie dans un tourbillon d’émotions, et ce sur quatre roues. Car le jeu de survie le plus innovant de l’année devrait aussi être l’un des plus discutés

Dans la vraie vie, les visites au garage ont tendance à être dramatiques:Je dépose ma voiture le matin pour ce qui semble être une petite chose, voire une inspection de routine, et je suis d’abord de bonne humeur. Plus tard dans la journée, je regarde mon téléphone portable d’un œil inquiet, m’attendant à recevoir l’appel « Nous avons trouvé quelque chose sur la voiture ». Dès que le téléphone sonne, je plonge dans une catastrophe financière. Un drame, tout simplement

La situation est très différente dans Pacific Drive. Dans le jeu de survie d’Ironwood Studios, lorsque j’arrive au garage et à l’atelier, je suis heureux et en sécurité. C’est l’endroit où je me régénère après un tour épuisant dans la zone interdite et où je débloque des améliorations pour ma voiture grâce à mon butin.Car dans Pacific Drive, le drame se déroule en dehors du garage.

Il y a deux moisj’ai essayé une version preview de ce jeu de survie en voiture inhabituel. En principe, le concept et la réalisation m’ont plu, mais l’équilibrage et certaines mécaniques de jeu me donnaient encore de gros maux de ventre.Mon jugement après 20 heures dans la version d’essai est nettement plus positif.

Avec le break à travers la zone interdite

Ah, les années 90 ! Le monde change et les frontières s’ouvrent. Enfin, sauf les hauts et épais murs de la zone d’exclusion olympique sur la péninsule olympique au nord-ouest des États-Unis. Cette zone située sur la côte pacifique reste une zone interdite. À la fin des années 1940, une invention technologique révolutionnaire y voit le jour. Mais après la publication de rapports sur des disparitions et des événements surnaturels, le gouvernement ferme la zone aux yeux du monde entier.

C’est le point de départ passionnant de Pacific Drive. Sous la forme d’un personnage principal sans voix ni corps, je pense que c’est une bonne idée de faire une virée à l’extérieur du mur en 1998. Ce que j’y fais n’est pas clair : au début, mon personnage tient devant sa vision à la première personne quelques documents mystérieux qui laissent supposer un lien quelconque avec la zone. Mais il pourrait tout aussi bien s’agir d’une préparation au voyage du type « Je n’ai pas besoin de demander mon chemin ! » datant d’avant les systèmes de navigation.

Au bout de quelques minutes de trajet seulement, une anomalie m’avale. Je me réveille au milieu des pièces détachées flottantes de ma voiture et je cours, terrifié, pour sauver ma vie. J’aperçois au loin un break déglingué – la voiture familiale par excellence – et je monte à bord. Pendant le trajet, les deux scientifiques Francis et Tobias m’appellent par radio, m’expliquent quelque chose à propos d’une relique que serait la voiture et me guident vers le garage de la toujours grincheuse Oppy. Celle-ci n’est certes pas chez elle, mais elle ne se prive pas de me faire part de sa mauvaise humeur et de sa gueule de bois par radio.

À ce moment-là, Pacific Drive a déjà établi ses structures de base : Je suis seul avec ma voiture dans une zone très hostile et fermée. Le garage me sert de hub vers les instances de niveau ainsi que d’entrepôt et de centre de tuning. Les trois personnages secondaires me donnent par radio des objectifs dans des régions de plus en plus dangereuses, pour lesquels je dois améliorer ma voiture. C’est la mécanique de motivation simple de Pacific Drive – et elle fonctionne.

(Dans Pacific Drive, j'explore les environs de la mystérieuse Olympic Exclusion Zone. Avant même de m'en rendre compte, je me retrouve derrière l'immense mur frontalier, dans la zone interdite, et donc en grand danger !)
(Dans Pacific Drive, j’explore les environs de la mystérieuse Olympic Exclusion Zone. Avant même de m’en rendre compte, je me retrouve derrière l’immense mur frontalier, dans la zone interdite, et donc en grand danger !)

Coup d’œil sous le capot : comment se joue Pacific Drive?

Pacific Drive ne raconte pas grand-chose au début. Au début, le personnage principal muet m’irrite autant que le fait qu’il accepte apparemment les étranges anomalies comme si de rien n’était. D’autant plus que les anomalies se présentent aussi bien comme des phénomènes environnementaux surnaturels ( ?) que comme des êtres inquiétants qui me prennent en chasse.

Mais en parcourant la zone, en scannant les anomalies et les structures avec mon scanner, en écoutant les audiologues et en suivant les messages radio vraiment divertissants des intervenants anglais, j’en apprends beaucoup sur le Lore. Cela donne un sens subtil à mes excursions dans la zone, car je me surprends à vouloir en savoir plus, aussi bien sur le destin des gens ici que sur la zone dans son ensemble.

Ce n’est pas un monde ouvert classique. Une chance gâchée, car dans un jeu de survie avec une voiture comme compagnon, cela aurait été plus qu’indiqué. Au lieu de cela, les développeurs misent sur un gameplay de type roguelike : dans le garage, je choisis ma prochaine destination sur une carte. J’y vois également les dangers potentiels et les types de proies qui m’attendent. Je monte ensuite dans ma voiture, quitte l’atelier en direction de l’écran de chargement et arrive ensuite dans l’instance de niveau.

Sur le siège du passager se trouve toujours le dispositif ARC, une machine technique magique qui me permet de retourner à l’atelier par un saut de portail et qui doit être alimenté par des nœuds d’ancrage. J’ai également besoin de ces derniers pour débloquer des améliorations dans l’atelier ou pour rechercher des plans.

(Sur le siège du passager se trouve l'appareil ARC. Il montre la carte, les lieux intéressants, les nœuds d'énergie et les portails pour le retour au garage)
(Sur le siège du passager se trouve l’appareil ARC. Il montre la carte, les lieux intéressants, les nœuds d’énergie et les portails pour le retour au garage)

Lorsque j’arrive dans une instance de niveau, je vois sur la carte rudimentaire de l’ARC-Device le tracé des rues, les endroits intéressants, les nœuds d’énergie et les portails de retour. Les instances de niveau sont générées aléatoirement et chacune des grandes zones de la zone a ses propres particularités visuelles, qui se répètent néanmoins rapidement.

À quelques exceptions près, chaque instance de niveau se déroule de la même manière : arriver, parcourir les points intéressants, collecter le butin, récupérer les nœuds d’énergie, activer le portail et s’échapper avant que la tempête qui se prépare ne détruise tout. Parmi les exceptions, on trouve les missions d’histoire avec un objectif fixe et les instances sans portail propre. Ici, je dois quitter le monde par une route pour activer un portail sur la carte suivante générée aléatoirement.

Exploration sans stress ? Vous pouvez (presque) l’oublier!

Dans un jeu qui veut transmettre la fascination de l’exploration d’un monde inconnu avec un break, je trouve que les niveaux instanciés et la forte pression d’action sont en fait plutôt inappropriés. Il ne s’agit pas ici d’un bolide puissant, mais de la voiture que Clark Grisworld conduisait à travers les États-Unis dans les années 1980.

(Des anomalies comme ces bornes peuvent mettre la voiture sur le toit. Dans de tels cas, je remets mon véhicule sur ses pneus par téléportation d'urgence)
(Des anomalies comme ces bornes peuvent mettre la voiture sur le toit. Dans de tels cas, je remets mon véhicule sur ses pneus par téléportation d’urgence)

Celui qui espère explorer dans Pacific Drive sera définitivement déçu par le jeu. Dès que l’on entre dans les instances de niveau, je me rends aux endroits indiqués sur la carte, je descends, j’empoche tout et je repars. Car après 15 à 20 minutes, la tempête arrive définitivement.

Comme au début d’une instance de niveau, je dois encore rassembler l’énergie pour le voyage de retour à travers le portail, je me sens fondamentalement stressé. Je n’aime pas devoir ramasser deux ou trois objets dans un niveau avant de pouvoir repartir – sans avoir récolté la moindre amélioration.

Quand je meurs dans Pacific Drive, ce n’est pas fini. Comme ma voiture est la relique mentionnée, elle me téléporte automatiquement au garage en cas de décès. Mais dans un état déplorable, sans butin et avec un inventaire très réduit. Si je ne réussis pas un niveau, je suis donc pratiquement moins bien loti qu’avant.

Certes, le jeu me donne la possibilité d’obtenir des plaques et des portes primitives dans l’atelier. Mais si j’ai déjà des problèmes avec le meilleur équipement en acier, une nouvelle tentative avec un équipement moins bon ne me rend pas forcément optimiste.

À cela s’ajoute le fait que je ne peux pas sauvegarder pendant les instances. En entrant dans la zone, il y a une sauvegarde automatique (qui écrase aussi mon dernier emplacement de coffre-fort manuel utilisé) – c’est tout. La seule chose à faire est alors d’interrompre le tour (et d’en avoir moins) ou d’aller jusqu’au bout. Ou bien tu fais comme moi et tu sauvegardes toujours manuellement sur deux slots avant une excursion.

(Quand je suis dans des instances de niveau avec une stabilité sans fin et que je peux simplement explorer, il y en a : le romantisme du road-trip dans Pacific Drive)
(Quand je suis dans des instances de niveau avec une stabilité sans fin et que je peux simplement explorer, il y en a : le romantisme du road-trip dans Pacific Drive)

Risque calculé

Au moins, Pacific Drive me permet de savoir à peu près ce qui m’attend lors de mon prochain road trip. Lors de la planification de l’itinéraire, je vois des informations sur les modificateurs en vigueur dans l’instance. Ils vont de la tempête rapide (le facteur de stress apparaît alors immédiatement après le départ) à la nuit très sombre (dans laquelle je ne vois vraiment rien sans lumière), en passant par l’absence totale de tempête avec le modificateur « Stabilité infinie ». C’est surtout ce dernier qui évite à Pacific Drive de devenir un festival de frustration agaçant.
Si vous choisissez exclusivement des instances stables au début, vous aurez rapidement tout un garage rempli de butin, vous débloquerez des améliorations importantes comme des pièces en acier et des pneus tout-terrain et vous commencerez l’aventure d’une toute autre manière que quelqu’un qui, sans y prêter attention, est le jouet de la zone.

 (Apparemment, la collecte de papier toilette était déjà un thème à la fin des années 90, du moins dans le scénario alternatif de Pacific Drive)
(Apparemment, la collecte de papier toilette était déjà un thème à la fin des années 90, du moins dans le scénario alternatif de Pacific Drive)

A mon avis, avant de sortir, il devrait être écrit en gros sur la porte du garage d’acquérir d’abord de l’expérience dans des régions stables. Mais une fois que j’ai choisi un itinéraire sur la carte, je m’y tiens. Si elle n’est pas infiniment stable, tant pis. Je ne peux plus essayer les autres à tour de rôle (sauvegarder avant !)

Pacific Drive se met quelques obstacles évitables sur la route, même pour ce qui est de la maniabilité, qui est assez maladroite. La gestion inutilement compliquée de l’inventaire, en particulier, met rapidement les nerfs à rude épreuve. En conduisant, vous devez également jongler avec des dizaines de touches, mais d’un autre côté, l’atmosphère profite définitivement du fait que vous pouvez sélectionner les lumières, les essuie-glaces, les vitesses et autres directement dans le cockpit, comme dans une simulation.

Frust comme passager fiable

Ce sont ces détails qui montrent à quel point il y a de l’amour dans Pacific Drive. Je développe un lien très fort avec mon break, je suis obsédé par l’amélioration de ses pièces et je lui donne régulièrement une nouvelle couche de peinture, y compris des autocollants et des décorations intérieures.
Le tuning, l’aménagement de l’atelier et le déblocage d’améliorations pour mon personnage, comme un sac à dos plus grand, sont motivants et aident à surmonter certains moments de frustration. Car le risque de frustration est toujours présent. Par exemple, si je me retrouve dans un scénario avec le modificateur « nuit noire », j’ai impérativement besoin de mes lampes.

(Le système de tuning est agréablement complet : dans le garage, je visse de meilleures pièces sur la voiture pour une meilleure protection. Quant au frein à main, c'est une compétence spéciale que j'utilise activement)
(Le système de tuning est agréablement complet : dans le garage, je visse de meilleures pièces sur la voiture pour une meilleure protection. Quant au frein à main, c’est une compétence spéciale que j’utilise activement)

Maintenant, si elles se cassent suite à une erreur de conduite ou si la batterie est à plat et que je n’ai pas de pièces de rechange, je peux directement oublier le tour. Je n’ai rien contre un défi croustillant, mais dans Pacific Drive, il suffit d’un moment d’inattention pour transformer un butin en principe facile avec une bonne position de départ en un accrochage à l’issue frustrante.

Un exemple : ma voiture a des pièces en acier, des projecteurs sur les côtés et une batterie pleine. J’entre dans une instance où la nuit est noire comme du charbon, je reste sur la route et je cherche la sortie. Soudain, ma voiture se met à tanguer parce que je frôle le bord d’une anomalie. Je me maintiens de justesse sur la route, mais un ravisseur me voit. Il déploie son aimant et me traîne un peu avec lui, malheureusement directement en bas du talus. Les lampes sont cassées, je suis coincé au milieu des arbres. L’écran est noir comme du charbon et soudain, le signal d’avertissement de la tempête retentit. J’ai immédiatement envie de mordre dans le plateau de la table.

Et pourtant, peu de temps après, je lance ma prochaine exploration. Parce qu’à chaque voyage, j’apprends à mieux lire Pacific Drive et à mieux … eh bien … contourner les dangers. Parce que la prochaine mise à niveau est déjà à portée de main. Et bien sûr, parce qu’à chaque sortie, je perce un peu plus le mystère de la zone contaminée.

Je crains toutefois que beaucoup de gens ne tirent le frein à main, frustrés. Et j’espère que le développeur Ironwood fournira des mises à jour qui rendront au moins l’accès au jeu un peu plus souple et expliqueront mieux les tenants et les aboutissants.

(Lors de mes excursions dans la zone, je dois être prêt à tout. En plus des anomalies et des tempêtes, une simple obscurité me pose souvent de gros problèmes)
(Lors de mes excursions dans la zone, je dois être prêt à tout. En plus des anomalies et des tempêtes, une simple obscurité me pose souvent de gros problèmes)

Graphiques entre atmosphérique et « vous êtes sérieux ? « 

Pacific Drive utilise l’Unreal Engine 4 et crée ainsi d’un côté des impressions vraiment atmosphériques d’une zone abandonnée et effrayante. Le jour, je vois des panoramas de paysages et de montagnes, des lignes électriques et des tours en ruine, des maisons abandonnées, des avalanches de tôle, etc. La nuit, je suis à l’écoute du moindre bruit et je sursaute devant des anomalies qui s’allument soudainement – et de toute façon, dans la tempête, tout est trop tard.

D’un autre côté, je trébuche ou je roule régulièrement sur des ratés vraiment flagrants – ce sont surtout les textures d’herbe et de pierre à la résolution parfois absurdement basse qui arrachent régulièrement l’atmosphère autrement dense.

Mais d’une certaine manière, cela correspond aussi très bien à Pacific Drive – un jeu de survie qui oscille entre les extrêmes, et pas seulement en ce qui concerne la météo. Un jeu que je maudis régulièrement de la manière la plus cruelle qui soit, pour recommencer peu de temps après, motivé jusqu’au bout des ongles. Un jeu que les fans de survie détesteront autant qu’ils l’aimeront. Une vraie drama queen

Conclusion de la rédaction

Pacific Drive me plonge dans une alternance permanente de sentiments : l’idée de la voiture comme compagnon apporte un vent de fraîcheur dans le genre du survival, le déblocage et le tuning motivent énormément et, avec des couleurs et des autocollants, je construis aussi visuellement la voiture de mes rêves. Mais sur le plan du jeu, le problème est encore là – et pas seulement parce que j’aurais personnellement souhaité un monde ouvert.

Au lieu de découvrir des lieux et des trésors dans les instances de niveau, je roule certes à travers les mêmes zones, je fais le tour des mêmes points chauds et je collecte les mêmes objets. Comme l’histoire mystérieuse et les améliorations à débloquer me tiennent en haleine, je me laisse volontiers tenter. Mais l’équilibre entre les anomalies et les modificateurs de niveau met régulièrement ma tolérance à la frustration à l’épreuve.

Je recommande Pacific Drive à tous ceux qui veulent vivre une expérience de survie différente. Comme une vieille voiture, le jeu a aussi ses défauts. Et tout comme une vieille voiture n’enthousiasme pas tout le monde, Pacific Drive ne fera probablement pas le bonheur de tout le monde. Mais je suis sûr que de nombreux fans fidèles aimeront jouer à ce jeu.

Michael
Michael
Âge : 24 ans Origine : Allemagne Loisirs : jeux, football, tennis de table Profession : éditeur en ligne, étudiant

RELATED ARTICLES

Le jeu primé TMNT arrive sur la Switch en juillet

Un jeu Teenage Mutant Ninja Turtles très apprécié fait ses débuts sur console plus tard dans l'année avec une...

Un jeu d’horreur de type PS1 arrive sur Xbox le 9 mai

Les fans de Resident Evil et d'autres jeux d'horreur rétro reçoivent une nouvelle réjouissante : un nouveau jeu d'horreur...

Nouvelle mise à jour pour Counter-Strike 2

Counter-Strike 2 reçoit une nouvelle mise à jour qui introduit une poignée d'améliorations de l'interface utilisateur et de corrections...