25 C
Berlin
mardi, juin 28, 2022

L’avenir des sports électroniques : les ligues de franchise prennent le contrôle du marché

Follow US

80FansLike
908FollowersFollow
50FollowersFollow

Les ligues de franchise en progression : La tendance selon laquelle les organisateurs de tournois s’appuient de plus en plus sur des droits exclusifs et des systèmes de franchise se poursuivra en 2020. Les nouveaux venus dans le système sont la Ligue ESL Pro et la Ligue Flashpoint.

Ces dernières années, les ligues franchisées de la League of Legends et d’Overwatch sont devenues un véritable modèle de réussite pour les équipes participantes. Dans l’intervalle, Blizzard a également adapté le système de ligue d’Overwatch pour l’appel de service et a vendu les créneaux horaires pour 25 millions de dollars selon ESPN.

Le principe de la franchise est maintenant également arrivé dans le cadre de la contre-attaque. Après que BLAST avait déjà pris la tête l’année dernière, ESL et Flashpoint suivent désormais le mouvement. La ligue ESL Pro et la ligue Flashpoint, qui se joue en coopération avec Faceit, ont toutes deux intégré des éléments de franchise dans les ligues pour lier les équipes sur le long terme.

Flashpoint et ESL dans la bataille pour l’exclusivité
Flashpoint a obtenu dix équipes partenaires pour la nouvelle ligue, chacune d’entre elles, selon Dexerto, a payé deux millions de dollars US pour une place dans la ligue. Rien que pour les qualifications mondiales, qui permettent à deux équipes de se qualifier pour Flashpoint, un prix de 100 000 dollars US sera distribué, parmi lesquels l’équipe allemande BIG.

La véritable ligue FLASHPOINT commence en mars. FLASHPOINT s’est assuré la collaboration des équipes MIBR, Cloud9 et Dignitas. Cependant, la liste des talents de la ligue FLASHPOINT est plus impressionnante que celle des équipes participantes. En plus du directeur de la création Dunkin « Thorin » Shields, Falshpoint s’est assuré le concours de commentateurs tels qu’Auguste « Semmler » Massonnat, Anders Blume, Jason « Moses » O’Toole et l’ancien commentateur d’Overwatch Christopher « MonteChristo » Mykles.

L’ESL Pro League, en revanche, suit la voie moins traditionnelle de la franchise et n’exige pas des équipes le paiement préalable d’un droit de participation. Au lieu de cela, ESL a conclu des partenariats avec 13 équipes, qui s’engagent envers les deux parties. Suite à l’interdiction d’exclusivité de Valve dans un billet de blog en septembre 2019, les interdictions strictes de participation aux événements organisés par d’autres organisateurs ont été supprimées de l’accord dit du Louvre, mais les équipes partenaires sont toujours obligées de participer à un certain nombre d’événements de l’ESL Pro Tour.

Non impliqué mais au milieu de tout ça : Le premier ministre BLAST avec un rôle de pionnier

Alors qu’ESL et Flashpoint se sont battus pour obtenir des droits exclusifs et les meilleures équipes, BLAST a déjà pu prendre la tête du franchisage dans Counter-Strike l’année dernière. Au cours des trois dernières semaines, BLAST a célébré le début de la première saison de printemps de BLAST à Londres, un format de ligue pour lequel BLAST a signé des contrats pour un total de douze équipes.

L’année dernière, BLAST a été pris dans le feu croisé de la communauté avec des accords exclusifs avec des équipes comme Astralis, Liquid et Na’Vi. En raison des contrats conclus avec BLAST, les meilleures équipes ont manqué à l’appel lors de certains des plus grands événements internationaux d’ESL et de DreamHack. En comparant ce qui s’est passé du point de vue actuel, l’organisateur de BLAST, RFRSH, avait tout simplement une longueur d’avance sur la compétition.

La ligue de la franchise sans l’éditeur : quand Valve intervient-elle ?
La grande différence entre le système de franchise établi de Riot Games et d’Activision reste l’absence de Valve en tant que partenaire de coopération de l’une des ligues du CS. Valve poursuit également cette stratégie avec son titre de sport électronique Dota2. En revanche, les ligues de franchise de League of Legends ainsi que de Overwatch et Call of Duty sont organisées par leurs éditeurs Riot et Activision.

Mais Valve a une influence : Après que l’ESL ait exigé des droits exclusifs stricts de ses équipes partenaires dans un projet de contrat, Valve est intervenu et a publiquement critiqué cette approche sur le blog de Counter-Strike : Global Offensive.

Il est clair qu’après les ligues de franchise de la League of Legends et d’Activion, d’autres titres d’Esport comme Counter-Strike mettent désormais davantage l’accent sur la franchise. La raison en est que les équipes et les organisateurs peuvent désormais planifier leurs revenus plus facilement. Selon l’industrie des jeux, ESL a dû se battre avec des chiffres rouges ces dernières années. En concluant des contrats avec l’organisateur, les équipes reçoivent des garanties pour les revenus publicitaires et les prix, comme dans le cas de la Convention du Louvre. En retour, l’organisateur peut compter sur la participation de certaines équipes et faire de la publicité auprès d’elles en conséquence.

RELATED ARTICLES

Leak sur FIFA 23 Reveal – Le nouveau titre d’EA Sports devrait être présenté en juillet

Selon l'initié Tom Henderson, FIFA 23 sera présenté en juillet. Outre le dernier opus du nom de la série,...

Riot Games va commencer à surveiller le chat vocal de Valorant

Riot Games présente son plan pour surveiller le chat des joueurs en jeu dans Valorant dans l'espoir de pouvoir...

Percée grâce à Apple ? L’entrée en scène de la VR serait « révolutionnaire » et imminente, dès janvier

Selon les informations d'un analyste de la chaîne d'approvisionnement, le casque VR d'Apple devrait bouleverser le secteur Le casque...