16.9 C
Berlin
mercredi, septembre 21, 2022

XIII : Le remake du remake en test – Est-ce que tout va vraiment mieux après le shitstorm ?

Follow US

80FansLike
908FollowersFollow
55FollowersFollow

Le remake catastrophique du classique du jeu de tir XIII reçoit un gros patch qui adresse les critiques des fans. Un connaisseur de l »original évalue les modifications apportées.

Les choses commencent à se gâter, c »est donc le chiffre qui doit être en cause. Depuis toujours, le 13 est considéré comme un chiffre de malheur, si bien que même les hôtels l »omettent dans la numérotation des étages. De plus, j »entends encore ma grand-mère dire que le vendredi 13, nous ne sortons pas de la maison, voire même qu »il vaut mieux ne pas se lever du tout. Vous voyez, je me démène pour trouver des explications, pour comprendre ce que je viens de jouer et comment le classer.

Pour cela, je vais commencer par les faits : Fin 2003, XIII est sorti comme un jeu de tir à la première personne différent. Grâce à la technologie du cell-shading et à un design intelligent, ce thriller d »espionnage ressemblait à une bande dessinée. Mais lorsqu »un remake de XIII est sorti en 2020, l »euphorie est vite retombée. Non seulement les nouveaux graphismes n »avaient pas grand-chose à voir avec le look original de la bande dessinée, mais les bugs et les crashs rendaient le jeu quasiment injouable.

L »état technique du titre ainsi que l »indignation de la communauté ont conduit l »éditeur Microids à rappeler le développeur PlayMagic et à confier au studio français Tower Five la réalisation d »un remake du jeu. Celui-ci est sorti sur Steam le – quelle coïncidence – 13 septembre 2022. Les propriétaires du premier remake de 2020 reçoivent la nouvelle version comme mise à jour gratuite, les autres paient près de 30 euros.

Qui est le numéro 13

Le cœur du jeu reste l »histoire passionnante, dont le contenu n »a pas changé, de l »assassinat du président des États-Unis, d »un complot qui touche les plus hautes sphères de la société et d »un renversement politique planifié.

Pour XIII, il s »agissait d »une adaptation de la série de bandes dessinées du même nom des deux artistes belges Jean Van Hamme et William Vance. Ce qui m »amusait beaucoup du haut de mes 16 ans, je le trouve encore très bon 20 ans plus tard, par exemple les bulles dessinées à l »époque, les scènes intelligentes d »image dans l »image ainsi que tous les « tap, tap, tap », « RATATATATA » et autres onomatopées (désignation du moyen stylistique de l »onomatopée – mission éducative accomplie !)

(Célèbre phare : au début, XIII se réveille au stand et ne se souvient de rien)
(Célèbre phare : au début, XIII se réveille au stand et ne se souvient de rien)

Au début du jeu, le protagoniste se réveille sur une plage, blessé par balle et amnésique. Le XIII tatoué sur sa poitrine et la clé du coffre d »une banque sont les seuls indices qui lui permettent de savoir qui il est et ce qui se passe. Il semblerait que quelqu »un veuille justement l »en empêcher, car peu après son réveil, des méchants apparaissent sur la scène et prennent XIII en chasse.

(En termes de contenu, le remake de XIII propose la même campagne qu''il y a 20 ans, avec quelques changements concernant quelques positions d''armes (les couteaux de lancer manquent cruellement au début).)
(En termes de contenu, le remake de XIII propose la même campagne qu »il y a 20 ans, avec quelques changements concernant quelques positions d »armes (les couteaux de lancer manquent cruellement au début).)

C »est le début d »une histoire passionnante qui alterne allègrement les passages de tir et de furtivité. Ceux qui ont aimé l »histoire à l »époque et qui, en raison de leur âge avancé (comme moi), disposent de quelques lacunes, y trouveront à nouveau leur compte. Mais l »excursion ne dure pas trop longtemps : je l »ai terminée en moins de six heures. Mais comme je connaissais tout de l »original précédent, j »estime la durée de jeu à six ou sept heures, si l »on n »est pas « complètement dedans ».

Il y a en tout quatre niveaux de difficulté, dont le premier met l »accent sur l »histoire. Ceux qui ont déjà joué à un autre jeu de tir devraient commencer au moins au troisième niveau de difficulté. Tout le reste est beaucoup trop facile et l »IA fait le reste par son comportement de gâchette.

Après la campagne, le soufflé retombe presque aussi. Depuis la mise à jour, il existe à nouveau un mode multijoueur avec le deathmatch comme seul mode de jeu. C »était divertissant et amusant à l »époque, et ça l »est toujours aujourd »hui. Mais il n »est pas vraiment nécessaire.

Dans les niveaux, on trouve les objets à collectionner désormais obligatoires comme les figurines et les dossiers, mais ils ne devraient concerner que les chasseurs d »achievements. À propos des succès, le travail n »est pas très soigné non plus. Après avoir terminé le jeu dans le deuxième niveau de difficulté, j »ai obtenu le succès pour ce niveau de difficulté précis, et non pour le mode facile, comme c »est habituellement le cas. Inversement, j »ai obtenu les succès pour les autres modes (donc aussi le plus difficile) si, grâce à la sélection de niveau implémentée, je n »ai terminé que l »épilogue sans adversaire dans le niveau en question après avoir terminé la campagne. Vraiment vrai.

(Les nouveaux graphismes sont moins proches de la bande dessinée, ils ressemblent plus à des graphismes 3D avec un filtre de bande dessinée. C''est très dommage, cela fait perdre beaucoup d''ambiance. A part ça, le Major Jones a les yeux fermés et gâche la photo)
(Les nouveaux graphismes sont moins proches de la bande dessinée, ils ressemblent plus à des graphismes 3D avec un filtre de bande dessinée. C »est très dommage, cela fait perdre beaucoup d »ambiance. A part ça, le Major Jones a les yeux fermés et gâche la photo)

Ça coince dans tous les coins

Le remake d »il y a deux ans regorgeait de bugs et la communauté s »agaçait de la moins bonne qualité graphique par rapport à l »original de 2003. Ceux qui s »attendent à des avancées significatives sur ce dernier point seront malheureusement déçus. Certes, les graphismes ont retrouvé un aspect plus « cell-shad » grâce au remaniement, mais le style graphique de la nouvelle édition d »il y a deux ans, beaucoup trop orienté vers la 3D à mon goût, domine.

(Cette image résume beaucoup de choses qui ne vont pas avec les nouveaux graphismes. Après avoir terminé ces trois sections de niveau dans le canyon, notre testeur a eu mal à la tête)
(Cette image résume beaucoup de choses qui ne vont pas avec les nouveaux graphismes. Après avoir terminé ces trois sections de niveau dans le canyon, notre testeur a eu mal à la tête)

C »est pourtant ce qui rendait le jeu original si particulier et le distinguait de la masse. Les effets comiques avec des onomatopées, des images dans l »image et une vue tremblante sont certes présents, mais à mon avis trop discrets en arrière-plan. Je ne comprends pas, par exemple, pourquoi on a supprimé des écritures aussi emblématiques que les coups de feu du début lorsque la sauveteuse meurt. De même, l »écran d »accueil d »un niveau, composé de plusieurs images de bande dessinée, n »existe plus. À la place, la vue est désormais « normale ».

Si nous regardons les personnages et leurs traits, nous voyons malheureusement des personnages en 3D et non des héros de bande dessinée. Avec les nouveaux graphismes, les transferts, les moments entre les personnages et les transitions ont l »air un peu maladroits et maladroits – même si les nouveaux développeurs tendent depuis la mise à jour vers un look plus original, on perd quand même beaucoup.

Tout cela est agaçant, mais c »est finalement quelque part une question de goût. Qu »en est-il de l »état technique du jeu ? Il n »est toujours pas parfait, mais au moins le jeu s »est déroulé sans problème majeur ( !). Le fait que la nageuse sauveteuse aux pieds nus fasse au début des bruits de marche comme si elle portait des bottes ou que les propos des personnages ne soient pas toujours synchronisés avec les lèvres entre dans la catégorie « gênant, mais pas grave ». Ce qui est plus énervant, c »est que les paroles des personnages s »arrêtent très souvent au milieu d »une phrase ou que j »entende encore la fin du dialogue d »ennemis déjà éteints. Si des PNJ amicaux croisent le chemin de XIII, il peut arriver qu »ils se glissent sous le personnage et que le protagoniste se retrouve suspendu dans les airs – et y reste.

Plusieurs fois, je me suis retrouvé dans des situations où je ne pouvais pas éviter de recharger le checkpoint. Par exemple, lors de la mission à Plain Rock, lorsque XIII était bloqué au début dans le plafond de la cellule, incapable de bouger. La marche avec les gardes qui s »en est suivie n »a été un succès qu »avec de la chance, car j »ai reçu des coups de bâton sortis de nulle part parce que le garde, au lieu de marcher derrière moi, était coincé quelque part et que j »étais donc trop loin de lui. Une autre fois, je me suis retrouvé coincé dans un escalier en colimaçon du monastère ou j »ai été projeté en haut en essayant de descendre une échelle.

De plus, il arrive souvent que l »inventaire des armes soit ajusté après un point de contrôle pendant une mission. Je peux comprendre qu »au début d »une mission, XIII n »ait que quelques petites armes à feu. Mais si j »ai accumulé un grand arsenal pendant une mission, que je traverse ensuite un point de contrôle dans un couloir et qu »au bout du couloir, je n »ai soudain plus que deux pistolets et un fusil, je ne comprends pas.

Cela donne l »impression que les développeurs veulent me « suggérer » (pour ne pas dire m »imposer) un certain style de jeu, mais ils sont aussi inconséquents au maximum. Car après quelques kills et quelques secondes, j »ai déjà récupéré le fusil d »assaut que j »avais utilisé auparavant. Qu »est-ce que ça veut dire ?

Ce qui fait que le remake est bien

Je pourrais continuer comme ça pendant un moment : Le comportement de l »IA est médiocre, les passages furtifs peuvent être effectués (comme dans l »original) à quelques exceptions près en tirant sauvagement et je ne parle même pas de la recherche du chemin de l »hélicoptère lors du combat contre le boss. Pourtant, il y a des choses que le remake fait bien et que j »ai appréciées pendant le jeu.

(Une grande amélioration est le menu contextuel, visible ici avec le grappin.)
(Une grande amélioration est le menu contextuel, visible ici avec le grappin.)

Cela inclut toutes les fonctionnalités de confort modernes qui n »existaient pas il y a 20 ans. C »est une bénédiction de pouvoir utiliser le grappin dans les hotspots en appuyant sur la touche E de manière contextuelle. Les manipulations hasardeuses de l »original et la gestion encombrante des objets ne me manquent pas du tout. Les fusillades sont également amusantes et faciles à réaliser. Lorsque l »AK47 ou le M16 se mettent à distribuer des coups et que l »on entend le son satisfaisant du retour d »impact, je suis au cœur de l »action et je joue à nouveau à « mon » XIII.

Mais pour un remake qui, en plus, a été retravaillé à fond, c »est beaucoup trop peu pour un prix d »à peine 30 euros. D »autant plus que XIII Classic coûte six euros sur Steam et fonctionne parfaitement, à l »exception de l »absence de résolution d »écran large – utilisation encombrante ou pas.

Conclusion de la rédaction

J »associe XIII à de superbes souvenirs de ma jeunesse gaming. Il y a deux ans, lorsque le remake s »est retrouvé dans le mur de manière aussi désastreuse, j »ai trouvé cela très dommage pour ce jeu qui reste génial. Je suis déçu par le remake, car par rapport à l »effort important, au prix et à la communication bruyante de l »éditeur Microids, il y a terriblement peu de choses. Oui, techniquement, le jeu est en meilleur état – mais encore loin d »être « très bon ». Oui, les graphismes ont été adaptés à l »aspect de la bande dessinée – mais seulement de manière minimale et les effets ont même été réduits par rapport à l »original.

Honnêtement, je ne comprends ni le sens ni la nécessité de ce remake. De plus, à cause des erreurs, il ne me semble pas être une transformation affectueuse d »un produit nostalgique dans les temps modernes – c »est ce que les remakes sont censés être, non ? – mais plutôt comme une adaptation à moitié faite sans assurance qualité fiable. En revanche, j »ai très volontiers accepté les fonctions de confort gratifiantes. Mais elles ne justifient en aucun cas la qualité du jeu. Les développeurs n »ont pas intérêt à faire l »éloge du fait qu »après deux ans, le jeu n »est plus jouable qu »avec quelques défauts.

RELATED ARTICLES

Le test d »Anno 1800 : Le royaume des airs a presque été un séjour de détente

    Le deuxième DLC du Season-Pass 4 apporte de nouveaux dirigeables, un système postal et enfin des navettes dans le...

Diablo 4 annonce une bêta en jeu final : Qu »est-ce qu »il y a dedans et comment s »inscrire ?

Blizzard veut tester si la spirale de butin de Diablo 4 est efficace. C''est pourquoi une bêta fermée aura...

CoD Modern Warfare 2 : nos 7 premières découvertes de gameplay de la bêta

Après le premier week-end de bêta, nous résumons ici ce qui nous a plu et dérangé. Que vaut le...