Stalker 2 se joue exactement comme Stalker doit se jouer !

0
27

Près d’un an après notre dernier bilan décevant du gameplay de Stalker 2 : Heart of Chornobyl, beaucoup de choses ont changé. Heureusement, en grande partie pour le mieux.

Stalker 2commence, comme il se doit, par un camion lancé à toute vitesse sur une voie rapide de nuit. Mais contrairement à Strelok il y a presque 20 ans dans le premier volet nomméStalker : Shadow of Chernobylle nouveau personnage principal Skif garde le contrôle. Il doit placer un émetteur sur trois anomalies dans la zone nocturne de Tchernobyl irradiée.

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Je ne veux pas en parler pour des raisons de spoilers, car aujourd’hui, il s’agit surtout de parler du gameplay de Stalker 2 : Heart of Chornobyl. Je rends visite aux développeurs dans le cadre du Summer Game Fest 2024 à Los Angeles. Le jour du salon est presque terminé, l’horloge indique 19h30, heure de Los Angeles, mais il faut bien qu’une demi-heure de Stalker soit encore possible.

Comme je l’ai dit, je joue le début de la campagne. Et cela commence dans une ambiance de nuit noire. Skif est seul dans les hautes herbes, il doit trouver ces trois anomalies et tout le reste… enfin, tout le reste, c’est à moi de le faire.

Techniquement beaucoup plus rond

Le point numéro un a déjà été constaté avec étonnement par notre collègue Natalie en août 2023 lors de sa première prise en main:Stalker 2 a l’air à croquer.La zone de nuit est par exemple illuminée par des anomalies clignotantes au loin. Les textures sont également très nettes, et sur les modèles d’armes, je peux littéralement gratter la rouille avec l’ongle.

Lorsque j’appuie surLcomme lampe, Skif allume physiquement correctement sa lampe frontale – le faisceau lumineux n’apparaît donc pas magiquement depuis mon ventre. Et heureusement, la version fonctionne désormais bien mieux qu’il y a dix mois : pendant ma session d’une demi-heure, je n’ai rencontré qu’un seul bug. La souris ne fonctionnait plus correctement, un redémarrage a résolu le problème.
En dehors de cela, le jeu fait étalage d’un niveau de détail sensationnel. Mais ce qui est encore plus impressionnant que l’apparence, c’est la sensation que procure Stalker 2.

(La zone de Tchernobyl est tout simplement incroyablement belle.)
(La zone de Tchernobyl est tout simplement incroyablement belle.)

Le harceleur reste le harceleur

Celui qui a joué à l’ancien Stalker sait à quel point il est difficile de décrire la magie de ce jeu en faisant abstraction de tous les angles et de toutes les arêtes. Des millions de petits rouages – des bruits de fond aux textures écaillées en passant par le design punk du bloc de l’Est des personnages – s’assemblent pour créer une ambiance très distincte.

Et Stalker 2 la capture à nouveau après toutes ces années. Skif ne se déplace pas comme un héros d’action, mais balance son corps de soldat à travers les hautes herbes de la zone. La kalachnikov qu’il tient en joue s’agite en marchant, je n’entends rien en avançant à l’affût, sauf mon propre compteur Geiger qui m’avertit de la radioactivité.

Dès la première seconde de jeu, Stalker me laisse explorer allègrement les environs, même si le véritable monde ouvert ne s’ouvre que plus tard. Malgré tout, ce monde ne me respecte pas, et je trouve de précieux medkits dans certaines baraques en bois, ou juste un morceau de salami dans d’autres– ou rien du tout.
Et parfois, un misérable mutant capable de se rendre invisible dans la lumière blafarde de la nuit me saute dessus. Au stand de la foire, je vide presque la table de peur, je tire dans la nuit en hurlant comme un PNJ paniqué. Et je gaspille encore des cartouches pendant un bon moment, car le mutant est mort depuis longtemps dans l’herbe. Mais dans Stalker 2, il n’y a pas de marqueurs d’assassinat comme dans Call of Duty et autres

(Les échanges de tirs sont exigeants, car nous devons renoncer à de nombreuses caractéristiques de confort des autres jeux de tir)
(Les échanges de tirs sont exigeants, car nous devons renoncer à de nombreuses caractéristiques de confort des autres jeux de tir)

Oldschool dans le meilleur sens du terme

Je dois aussi m’occuper moi-même de la navigation. Skif sort sa tablette de données de son sac à dos et, comme avant, je ne vois que quelques points d’interrogation avec des indications trouvées sur la carte générale. Au moins, je peux suivre certaines destinations et les voir s’afficher dans la boussole en temps réel en haut de l’écran.Mais Stalker 2 se sent quand même démodé, dans le meilleur sens du terme.

Cela vaut d’ailleurs aussi pour le tir. L’année dernière, le gunplay était encore la principale critique de Natalie, mais entre-temps, il semble que les choses aient beaucoup évolué dans ce domaine. Oui, ma Kalschnikov éclate plus vite que dans CoD et d’autres jeux de tir grand public, mais si je compense activement le recul, le fusil se stabilise. Du moins à moitié.

Cela donne une belleWumms!sensation Et cela aussi, Natalie l’avait déjà loué l’année dernière : comme auparavant, les tirs à la tête dans Stalker sont un salut absolu. Car si on rate la tête, on brûle beaucoup de munitions. Je n’ai combattu que trois bandits dans la démo, mais j’ai dû recharger trois fois – et je ne joue pas aux jeux de tir depuis hier.

Une fois, une grenade me déchire, car dans Stalker 2 – quelle surprise – il n’y a pas non plus de marqueurs de grenade.

Oldschool dans le meilleur sens du terme

Je dois aussi m’occuper moi-même de la navigation. Skif sort sa tablette de données de son sac à dos et, comme avant, je ne vois que quelques points d’interrogation avec des indications trouvées sur la carte générale. Au moins, je peux suivre certaines destinations et les voir s’afficher dans la boussole en temps réel en haut de l’écran.Mais Stalker 2 se sent quand même démodé, dans le meilleur sens du terme.

Cela vaut d’ailleurs aussi pour le tir. L’année dernière, le gunplay était encore la principale critique de Natalie, mais entre-temps, il semble que les choses aient beaucoup évolué dans ce domaine. Oui, ma Kalschnikov éclate plus vite que dans CoD et d’autres jeux de tir grand public, mais si je compense activement le recul, le fusil se stabilise. Du moins à moitié.

Cela donne une belleWumms!sensation Et cela aussi, Natalie l’avait déjà loué l’année dernière : comme auparavant, les tirs à la tête dans Stalker sont un salut absolu. Car si on rate la tête, on brûle beaucoup de munitions. Je n’ai combattu que trois bandits dans la démo, mais j’ai dû recharger trois fois – et je ne joue pas aux jeux de tir depuis hier.

Une fois, une grenade me déchire, car dans Stalker 2 – quelle surprise – il n’y a pas non plus de marqueurs de grenade.

(Les mutants dangereux peuvent rapidement nous tuer si nous ne faisons pas attention (ou si nous crions trop au lieu de tirer)
(Les mutants dangereux peuvent rapidement nous tuer si nous ne faisons pas attention (ou si nous crions trop au lieu de tirer)

Questions ouvertes et chantiers

Une demi-heure ne suffit évidemment pas pour se faire une idée complète d’un jeu de tir en monde ouvert. J’ai certes trouvé les trois anomalies et terminé la démo pendant le temps de jeu, mais je n’ai encore rien vu du monde ouvert.

Il y a encore quelques coins et recoins C’est justement avec la souris et le clavier que l’utilisation est parfois trop compliquée Je joue péniblement du piano dans la gestion de l’inventaire et je dois parfois appuyer sur trois touches en même temps, par exemple pour attraper un émetteur dans le sac à dos.

Mais dans l’ensemble, cela semble déjà nettement, nettement plus rond qu’il y a quelques mois. Il ne reste plus aux devs qu’à pousser le jeu sur la piste de décollage – j’ai hâte!

Conclusion de la rédaction

L’univers de Stalker est mort trop tôt – c’est du moins ce que j’ai pensé pendant toutes ces années, lorsque des successeurs dans l’esprit, comme la franchise Metro, ont prouvé à quel point le punk de fin d’époque d’Europe de l’Est pouvait être unique. Tellement unique qu’il n’existe pas encore de nom pour ce type de jeux et de scénarios.

C’est d’autant mieux que Stalker 2 se hisse maintenant à un niveau qui me fait dire : « Oui, ça pourrait être quelque chose ! Dans ma courte démo de gameplay, le jeu sonne juste, les armes sont lourdes et encombrantes, les manœuvres dans la zone sont dangereuses, les ennemis sont mortels – et Skif est complètement seul.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette ambiance et cette fascination se répercutent dans le monde ouvert, car je suis tellement impatient de voir ce que Stalker 2 va faire avec ses factions et ses personnages louches.